Grignan

360°

Station

3

On s’attache aux paysages car les paysages sont le reflet des sociétés qui les habitent. Ici nous avons un territoire extrêmement jardiné, un paysage forgé à force d’un travail minutieux, un véritable lieu de vie où agriculture et paysages sont indissociables.

Avec le temps, les pratiques agricoles ont façonné les espaces, et témoignent d’un certain nombre d’adaptations aux contraintes de ce territoire :  contraintes climatiques, géographiques, et donc témoignent aussi d’un savoir-faire des Hommes qui habitent sur cette terre. 

Ceux-ci ont produits les spécificités de ce paysage avec par exemple ces murets qui accompagnent les chemins et les parcelles, ces haies brises vent qui protègent les cultures, ces fossés qui permettent de gérer l’eau…cela explique le choix des cultures adaptées :  la lavande et les aromatiques, la vigne…les vergers de fruitiers…les chênes truffiers….

Certaines cultures sont sensibles à des contraintes naturelles qui régissent leur répartition sur le territoire.

Par exemple le lavandin est cultivé à peu près partout dans le bas pays et les collines.   La vigne est plantée selon des critères de terroir liés aux sols, à l’altitude, à l’exposition, aux températures ….

Le paysage donne des repères, il influence les pratiques de chacun. En même temps, il est le résultat des pratiques quotidiennes des habitants qui, en modifiant les espaces de vie, transforment le paysage.

Pour chaque personne, le paysage familier a une valeur affective liée à l’histoire de chacun.

Pour une collectivité, une société, le paysage fait partie d’une histoire commune, il fait partie de son patrimoine. Le paysage a alors une valeur sociale, car il porte les marques de la culture propre aux groupes sociaux qui le produisent et qui y vivent.     

C’est aussi un patrimoine vivant car le paysage est en perpétuel mouvement, car le territoire se transforme continuellement, non seulement par des causes naturelles (saisons, climat…), des changements économiques, mais aussi par l’action quotidienne des humains. L’activité humaine de manière générale est responsable de ses changements, nos usages et modes de vie, nos projets de transformation même minime de notre habitat par exemple, ou du territoire influencent notre cadre de vie.

L’enjeux est alors de mettre tout en œuvre pour conserver un paysage de qualité, donc un cadre de vie de qualité qui réponde à la demande de ses habitants en tenant compte des transformations inéluctables imposées par les changements économiques, sociaux, environnementaux.

Face aux transformations économiques et environnementales chacun peut essayer de soutenir les producteurs et une diversité de productions locales. Les acteurs du territoire peuvent travailler à la construction d’un modèle agricole adapté aux nouveaux enjeux environnementaux, économiques et sociaux du territoire, et valoriser des spécificités de cette agriculture.

Les paysages de demain à Grignan seront des paysages vivants, agricoles. Reflet d’un territoire toujours, productif, pratiqué par tous pour toutes sorte d’activités.

Une articulation des activités qui trouvent place sur le territoire est à inventer.

C’est-à-dire : Le maintien d’une agriculture vivante, diverse, du point de vue des pratiques et des variétés de cultures, devrait permettre le maintien du tissu social, la protection de l’environnement, et aussi des pratiques de Loisir et de Tourisme, le tout dans un contexte de changements climatiques qui auront des impacts sur les pratiques agricoles.

To learn more:

Guided tours of the city are available all year round for groups of ten people minimum.

Bookings to be placed with the Tourist Information Centre 04 75 23 45 33,
or with the Association: “Saint-Vallier Histoire & Patrimoine”: 04 75 23 20 97

Duration: 2h30min